Interview exclusive : Thomas Lot nous parle de son expérience avec Apple et Steve JOBS

Interview exclusive : Thomas Lot nous parle de son expérience avec Apple et Steve JOBS

Beaucoup de choses ont été écrites depuis la mort de Steve Jobs. Naturellement, le monde entier a été touché par ce décès prématuré d’un homme d’exception, admiré  dans le monde entier.

thomas Lot

Thomas Lot est l’une des personnes qui ont compté dans le succès mondial que rencontre Apple aujourd’hui. C’est un homme simple et talentueux que j’ai la chance de côtoyer au quotidien depuis plusieurs années. Il a beaucoup compté dans l’évolution de ma carrière professionnel, tout comme Steve Jobs, même si je ne l’ai jamais rencontré. J’estime qu’au travers de Thomas LOT et à son contact, j’ai profité de son expérience chez Apple.

En effet, Il a été Directeur Général France et responsable retail Europe de la firme à la pomme pendant presque 5 ans. Il a intégré et dirigé Apple en France en même temps que Steve Jobs à réintégré son poste de CEO après son succès mondial avec les studios Pixar en 1997.

Au même moment Apple rencontrait des difficultés, mais il a choisi de relever le défi. Il a eu la chance de travailler au quotidien avec Steve Jobs et suite à sa disparition c’est naturellement que je lui ai proposé cet  entretien afin de rendre hommage à l’un des hommes les plus marquants du 20 ième et 21 ième siècle qui nous a, trop rapidement, quitté. Un entretien très détendu que nous partageons avec vous.

Jalele ACHOUR : Quand avez-vous rencontré Steve Jobs pour la première fois et Comment avez vous été recruté par Apple ?

Thomas LOT : J’ai rencontré Steve Jobs pour la première fois à Boston en Août 1997, au moment ou il a annoncé l’alliance avec Microsoft et l’arrêt « des clones »*.

J’ai intégré Apple en Juillet 97 le jour ou Steve Jobs est redevenu le CEO d’Apple. A cette époque  l’équipe d’Apple Europe  me connaissait bien de par les relations  établies avec mon ancien  employeur, Compaq.

Ce qui m’a principalement convaincu et motivé pour rejoindre l’équipe d’Apple c’était le fait que la société se trouvait dans une situation difficile et qu’il recherchait des personnes capables de les aider à redresser la barre,  mais surtout le fait qu’Apple représentait une marque exceptionnelle avec des produits et un savoir faire technologique de premier ordre.

J’étais persuadé que cette situation ne pouvait pas durer et qu’Apple redresserait la barre. Le Prince saoudien, Al Walleed, avait investit massivement à cette époque  en prenant 5% d’Apple pour 115 millions de dollars. Microsoft avait également investit 150 Millions de Dollars.

J.A : Qu’avez vous pensé  du retour de Steve Jobs à l’époque et que pensez vous aujourd’hui de ce qu’il a accompli au cours de sa carrière ?

T.L : Steve Jobs est le seul dirigeant qui a participé à 3 succès mondiaux incroyables ! Le premier avec la création d’Apple, le second avec ce qu’il a réalisé avec les studios Pixar et le troisième avec la renaissance d’Apple. C’est très rare de le faire une fois alors le faire trois fois est vraiment exceptionnel.

J.A : Quel était votre rôle chez Apple ? Qu’avez vous fait  pour inverser la situation et faire d’Apple le géant qu’on  connaît aujourd’hui ?

T.L : Je m’occupais principalement de la France, des pays de l’Est, du moyen orient et de l’Afrique. Mon rôle principal était de m’occuper de la distribution des produits Apple en tant que Directeur Général. Les produits n’étaient ni fabriqué, ni créé dans mon secteur. Nous avions surtout un rôle de distribution des produits. Pour cela nous avons mis en place une stratégie autour de trois axes principaux :

1) Nous avons structuré les réseaux de distribution
2) Nous avons créé une relation saine avec le réseau de distribution
3) Nous nous sommes focalisé sur trois métiers ou Apple pouvait faire la différence à l’époque : le publishing, l’éducation et le web.

J.A : On dit que vous êtes  l’initiateur de la mise en place des espaces dédiés entièrement à Apple dans les magasins FNAC et DARTY qui ont également contribué et qui continue de contribuer au succès d’Apple en France. Vous aviez même mis à disposition de ces points de vente des vendeurs formés et employés par Apple afin d’être sûr que les produits Apple soient mis en avant de manière optimale dans ces points de vente. Est-ce la réalité ?

T.L : Oui,  tout à fait ! Mais cela s’est fait dans une deuxième phase. C’est d’ailleurs comme cela que je suis devenu le directeur du retail Europe. Dans notre stratégie nous souhaitions des relations privilégiées avec le réseau de distribution et c’est ce que nous avons réussi à établir.

J.A : Pourquoi avoir quitté Apple de votre propre chef à l’époque ? Vous êtes parti pour prendre la direction du site de E-Commerce http://www.chateauonline.fr/qui était le premier site de vente de vin en ligne et qui venait tout juste de réaliser une levée de fond de plusieurs millions de francs.

T.L : Parce que personnellement, j’ai compris qu’Apple était une société qui créé constamment de nouveaux produits et que la véritable valeur ajoutée de la société était là. Les réseaux de distributions restaient, malgré tout, importants mais secondaires par rapport à la création technologique qui était le cheval de bataille de la firme américaine.

Créer des produits ne faisait pas, à l’époque, partie de mes ambitions, ni de mes compétences et il aurait fallu de toute façon que je sois aux Etats Unis pour pouvoir le faire. Cela faisait 15 ans que je vendais des ordinateurs et j’en avais fait le tour, donc j’ai eu envie de faire autre chose. Je voulais faire quelque chose de  plus entrepreneurial, c’est comme cela que je suis rentré à chateauonline et ensuite chez Amazon Europe puis enfin que j’ai créé The Official Board.

J.A : Puisque vous parlez de The Official board,  (www.theofficialboard.com) la société que vous avez créée et que vous dirigez actuellement et qui regroupe les organigrammes des plus grandes sociétés dans le monde (les sociétés réalisant plus de 100 000 000 $ de CA/An et on peut y trouver quelques sociétés tunisiennes).  Est ce que Steve Jobs était au courant de ce projet ? Vous a-t-il apporté son soutien ?

T.L: Absolument pas ! C’était bien après mon départ d’Apple. Je ne sais pas du tout s’il avait eu vent de ce projet  mais personnellement, je ne lui en ai pas parlé. Par contre, lorsque j’ai démissionné d’Apple, dix minutes plus tard, j’ai reçu un appel téléphonique de Steve Jobs qui me demandait de rester chez Apple, mais j’avais déjà pris ma décision.

J.A : Avez-vous été surpris par l’engouement, à travers le monde, autour de la mort de Steve Jobs ?

T.L : ça ne m’étonne pas du tout ! C’est l’un des hommes qui ont le plus marqué la technologie du 21 ième siècle. C’était, également, un homme passionné par les produits et par les nouveaux concepts avec une envie d’atteindre l’excellence sans aucune limite mentale. Il a toujours visé la qualité du produit pour l’utilisateur. Un bon produit n’a pas besoin d’être vendu et argumenté, il doit l’être par défaut.

J.A : Que  représente Steve Jobs pour vous,  professionnellement parlant ?

T.L : The best of the best ! J’ai eu la chance de travailler avec des hommes exceptionnels et très compétents tout au long de ma carrière comme Jeff Bezos (Fondateur et PDG D’Amazon) mais Steve Jobs était vraiment the best of the best.

J.A : On parlait souvent de son exigence presque maladive, cette légende dont tout le monde parle, est-elle réellement fondée ?

T.L : Oui ! Mais le problème est qu’il avait, souvent, raison dans 99% des cas. C’est la conclusion que j’ai eu sur le long terme. Pas de décision tactique ni politique, la meilleure solution sur la durée pour l’entreprise. L’alliance avec Microsoft en 1997 en est la plus grande preuve. A l’époque il fallait être à Boston pour voir comment se sont passées les choses. C’était incroyable. Nous étions 4000 dans la salle et personne ne s’attendait à cette annonce. C’était faire preuve d’un courage incroyable. Deux concurrents de toujours qui se mettent autour d’une table et travaille ensemble. Il faut l’oser.

J.A : Qu’avez-vous ressenti en apprenant son décès ?

T.L : Malheureusement, on ne peut pas dire qu’on a été surpris par son décès. Cela faisait très longtemps qu’il était malade, donc on s’y attendait. C’est triste mais c’était prévisible.

J.A : Tim Cook était déjà dans l’entreprise au moment ou vous l’aviez vous même intégrée, vous avez eu l’occasion de le côtoyer. Pensez vous que ce soit l’homme de la situation ?

T.L : La manière avec laquelle Tim Cook à pu gérer les problèmes de production des produits Apple, car il manque toujours un composant sur les 100 ou 150 composants qui permettent de fabriquer un produit High Tech et l’un des éléments qui nous montre à quel point il est compétent. Si Apple avait fait des super produits sans pouvoir les produire il n’aurait pas pu occuper la place qu’ils occupent actuellement sur le marché donc je pense qu’il est, certainement, l’homme de la situation.

J.A : Que pensez-vous de l’avenir d’Apple ? Garderont-t-ils leur leader cheap sur le marché du High Tech à l’avenir ?

T.L : Probablement, même si je n’ai pas de boule de cristal et que ce n’est qu’un avis parmi tant d’autres. Ils ont atteint une telle culture technologique et une telle notoriété mondiale qu’ils resteront au pire des cas,  dans le top trois mondial. Il y’aura forcément des moments de gloire et des moments plus difficiles. On peut prendre les exemples de sociétés comme IBM ou Microsoft qui restent dans la durée des entreprises leaders dans leurs secteurs même s’ils sont, des fois, un peu moins sous les projecteurs.

J.A : Quelle image garderez-vous de Steve JOBS ?

T.L : J’ai une anecdote assez sympathique de Steve JOBS devant le musé du Louvre en tenu décontracté, avec tout le comité de direction d’Apple de l’époque discutant de tout et de rien, Il y’avait une publicité d’Apple devant le musé du Louvre et il était en train de s’extasier devant celle-ci, fier de sa réalisation, tous cela en soirée à 22H ou 23H. Quelqu’un de très simple et très enthousiaste parlant simplement avec tout le monde. C’est l’image que j’en garderai.

* Face à la forte concurrence de Microsoft et intel,  Apple lance, sous l’impulsion de son CEO Michael Spindler puis de son successeur Gil Amelio, un programme de licences de son système d’exploitation, permettant ainsi à d’autres entreprises de vendre leurs propres ordinateurs équipés du Système 7. Ces machines sont connues sous le nom de « clones ». Suite à l’échec de cette stratégie, Steve Jobs décide d’arrêter la commercialisation de son système d’exploitation sur d’autres machines.

Envoyer un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous contacter

Désolé, nous ne sommes pas disponibles pour le moment mais laissez-nous un message.

Une question ou besoin d'aide ? Nous sommes à votre service !

Cliquez sur ENTREE pour tchater