Interview exclusive : Paul AMSELLEM, Directeur Général de NOKIA France

Interview exclusive : Paul AMSELLEM, Directeur Général de NOKIA France

J’ai eu le privilège de suivre à Paris en Novembre dernier l’événement Nokia France de l’année consacré à la sortie du nouveau Nokia Lumia. A cette occasion, Paul Amsellem, le nouveau Directeur général de Nokia France, m’a accordé une interview exclusif pour, justement, nous parler de ce nouveau Smartphone nouvelle génération et pour nous éclairer, surtout, sur  l’alliance entre Microsoft et Nokia dans le développement de nouveaux mobiles Windows Phone.

A noter que Paul AMSELLEM a déjà une carrière de 25 ans. Passionné d’informatique depuis son plus jeune âge et diplômé de l’Université Paris Dauphine, Il est l’un des pionniers français de l’internet mobile avec les créations de Phone Valley, de la Mobile Marketing Association France et de Cellcast Interactif.

Jalele ACHOUR : Vous êtes le nouveau Directeur Général de Nokia France. Nous nous rencontrons aujourd’hui pour la sortie du nouveau Nokia Lumia, le premier Smartphone Nokia équipé du système d’exploitation mobile de Microsoft.  Finalement, c’est  un partenariat avec Microsoft, alors que des rumeurs parlaient du rachat de Nokia par ce dernier. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Paul Amsellem : Il faut d’abord noter que Stephen ELOP, le nouveau PDG de Nokia, est un ancien de Microsoft qui savait ce qui allait se passer en terme d’OS et de produits côté Microsoft et qui mesurait  les difficultés que peuvent rencontrer les constructeurs dans leur relation avec les opérateurs téléphonique et dans le développement de produits de qualité. La fourniture des produits au bon endroit et au bon moment fait partie des éléments que maîtrise parfaitement Nokia et il n’y a pas beaucoup d’acteurs dans le marché actuel capables de maîtriser cela. Il a donc eu l’idée d’allier la référence en terme d’OS dans le monde avec Microsoft tous cela dans le but de créer un succès mondial.

L’objectif étant aussi de montrer qu’Androïd n’est pas si gratuit que cela et je pense qu’il a raison.  Il connaissait les enjeux en terme de propriété industrielle et il avait raison de faire ce pari là. Il y’a encore 9 mois, cela aurait été un pari osé mais aujourd’hui, c’est pour moi le bon moment. Quant à la rumeur de rachat ou pas de Nokia par Microsoft, je ne sais pas vraiment. Peut être un jour,  mais pour le moment, il n’y a aucun intérêt ni pour Nokia, ni pour Microsoft. La collaboration se passe très bien et les équipes de Nokia et de Microsoft ont vraiment travaillé main dans la main sur ce projet de partenariat.

J.A : Nokia et Microsoft étaient des concurrents puisque Nokia a développé son propre système d’exploitation mobile avec Symbian et l’alliance entre Microsoft et Nokia peut nous faire penser légitimement à l’alliance entre Microsoft et Apple dans les années 90. Cette concurrence n’a pas empêché les deux firmes de collaborer ?

P.A : C’est plutôt positif, cela montre que l’écosystème mobile évolue et change. Il y’a quatre ans Google a lancé le système d’exploitation Androïd, qui était nouveau et ils ont obtenu des parts de marché assez rapidement, Samsung à lancé BADA et Microsoft à suivis aussi l’influence et la pression émise par Apple. Microsoft et Apple qui sont leaders dans le monde du logiciel et sont concurrent au niveau mobile,  travaillent, paradoxalement, ensemble et si demain Microsoft décide de ne plus développer de logiciel sur Apple cela risque d’être compliqué puisqu’une grande majorité des utilisateurs Apple utilisent Word, Excel, Power Point. Pour Microsoft cela génère également un chiffre d’affaires non négligeable. On a besoin de retrouver ces produits, d’ailleurs on les retrouve sur les Windows Phone. Ce sont des alliances qui sont nécessaires.

J.A : Quel est l’objectif de Nokia et Microsoft avec cette nouvelle alliance. Quel est la cible principale d’utilisateurs que vous visez ?

P.A : Les personnes qui ont un téléphone Androïd et qui ont envie de changer car ce n’est pas le même design, ni la même ergonomie mais également tous les utilisateurs à travers le monde qui n’ont pas encore acheté un Smartphone et qui représente 90% des utilisateurs de téléphones mobiles dans le monde. Il ne faut pas penser que Paris est à l’image de la France et que la France est à l’image du monde. Ce serait une très grosse erreur. L’objectif de Nokia est d’équiper le Milliard de personnes dans le monde qui n’ont pas encore de Smartphone et cela passera par la démocratisation de l’internet mobile. L’internet mobile est aujourd’hui plus accessible aux utilisateurs que les réseaux filaires classiques et notre objectif reste de démocratiser l’internet mobile dans les pays émergeant en plus des pays qui utilisent déjà ce type de service.

J.A : Finalement Nokia reste dans la cible où il reste le plus fort, c’est à dire  les pays émergeants ?

P.A : Non pas forcément puisque le Nokia Lumia sort en premier dans les pays ou la concurrence est rude avec des pays comme la France et l’Allemagne. Dans un premier temps on parle de l’Europe. Il y’a déjà des téléphones Androïd. Mais il est vrai que la force de Nokia est de pouvoir appuyer à un moment donné sur un « bouton » pour développer et commercialisé dans le monde entier des nouveaux modèles de téléphones mobiles. D’un autre côté, Nokia n’est pas fort aux Etats Unis alors que Microsoft, on le sait, est très fort sur le marché nord américain. C’est aussi un des éléments positif de ce partenariat.

J.A : Le segment de l’OS sera- t-il un OS « ouvert » type Androïd ou propriétaire comme IOS d’Apple ?

P.A : C’est un OS propriétaire mais qui restera ouvert pour les développeurs qui souhaitent créer des applications. Notre objectif est donc d’être entre les deux. Je pense justement qu’il y’a une place à prendre entre les deux.

J.A : On connait les coûts de développement que représente le portage d’une application mobile sur les différents OS, comment comptez-vous convaincre les acteurs du marché (les agences, les opérateurs, les éditeurs et les annonceurs) de développer des applications sur Windows Mobile ?

P.A : La meilleure façon de les convaincre est de vendre beaucoup de téléphones ! Naturellement les acteurs du marché développeront des applications si les mobiles sont utilisés par beaucoup de personnes. Les éditeurs ne pourront pas éternellement maintenir cinq, six ou sept OS différents sur le long terme. Je pense qu’il y’en aura trois à terme. Androïd et Apple se sont fortement différenciés. Il reste une place pour un troisième mais qui ? BADA, RIM… Je pense que ce sera Windows. Notre façon de faire  est d’aider les développeurs à se former et de leur fournir de bons outils pour développer des applications, de les écouter et de leur dire voila, vous allez développer des applications pour tant de millions de terminaux. Les noyaux applicatifs développés pour Windows Phone seront demain compatibles également pour les tablettes et les PC ce qui réduit, considérablement, les coûts de développement  et permettra d’accéder à 500 millions d’utilisateurs. La Kinnect avec la Xbox, la télé, le PC, la tablette et le téléphone mobile.

J.A : Selon vous, l’avenir du développement d’applications mobiles va  vers les Mobile Web Apps (site internet mobile) ou bien vers les Apps embarquées (les applications embarquées et téléchargeables depuis les stores) ?

P.A : Sans aucune hésitation vers les mobile web apps, puisqu’aujourd’hui tout le monde se dirige vers les applications embarquées et cela est en train de s’équilibrer. Vous téléchargez l’application et ensuite une fois que vous êtes habitué à votre mobile vous finissez par chercher des sites depuis votre navigateur mobile. Il y’a peu de sites qui sont conçus et optimisés pour le mobile avec un rendu de qualité. Il y’a un travail à faire côté éditeur. Avec l’HTML 5 qui se démocratise, on va plus vers des sites internet mobiles et on ne fera plus la différence en terme de rendu entre une application embarquée et un site internet mobile.

J.A : Quand est ce que l’on peut espérer l’arrivé du Nokia Lumia en Tunisie ?

P.A : Sachant que les marchés nord africains comme le Maroc, la Tunisie et l’Algérie font partie des priorités de Nokia puisque ce sont des pays où notre présence est très forte, je pense que nous ne tarderons pas à commercialiser les nouveaux modèles de Nokia dans ces pays là.

Envoyer un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous contacter

Désolé, nous ne sommes pas disponibles pour le moment mais laissez-nous un message.

Une question ou besoin d'aide ? Nous sommes à votre service !

Cliquez sur ENTREE pour tchater